Témoignage de Siham de l’Amazon Training Genève

Amazon training 17

Le 13 août 2016, nous sommes à Neuchâtel. C’est le Buskers Festival, un événement immanquable si on se trouve non loin à ce moment là. Ce qui fût notre cas, pour mes trois sœurs et moi.

Nous formions une palette 4 couleurs d’un subtil dégradé de teintes café, remarquables ! Au programme, concerts et spectacles dans les rues du magnifique petit centre-ville de Neuchâtel situé au bord du lac du même nom. Ambiance festive au coucher de soleil, on peut observer des attroupements de personnes encerclant les différentes représentations au programme. Déferlant les jolis pavés lourds d’âme et d’histoires de la ville, nous nous rendons à un concert où les groupes Rancho Aparte et Chouk Bwa Libète, ont su faire voyagé le public neuchâtelois en Colombie ou encore aux Caraïbes.

00h30, le concert est terminé. Des petits groupes de personnes se constituent aux abords de la salle. Le quatuor que nous sommes n’a pas l’air de passer inaperçu. Dans le moment présent, nous nous laissons interpellées par quelques personnes sympathiques et enjouées. Nous faisons la conversation dans la bonne humeur, puis prenons congé de tous ces prétendants pour regagner tranquillement le parking où se trouve la voiture.

J’observe et analyse mon environnement. Je suis capable de décrire chacune des scènes qui m’entourent. Je repère alors un garçon qui vient accoster une de mes sœurs, l’invitant à aller prendre un verre avec son groupe d’amis. Rapidement rejoint par ces deux camarades, ils s’y s’ont mis à trois pour convaincre notre équipe de se joindre à eux.

Je me mets en recul pour garder une vision globale de la scène et analyser le comportement de chacun des trois perturbateurs. Deux d’entre eux paraissaient avoir l’alcool « gai », quant au dernier il semblait un peu plus lourdingue que les autres. Il m’a repéré. Il se rapproche en me questionnant sur mon identité. J’adopte naturellement la position de barrière, et lui demandant poliment mais sur un ton déterminé de nous laisser tranquilles. Ma barrière le tient quelque peu à l’écart, mais il insiste. Alors je persiste à lui demander de nous laisser en paix, mais il tente tout de même un contact physique en mettant son bras autour de mon cou. J’ai le réflexe de me décaler, et de le repousser en lui portant un coup de la paume basse de la main au niveau de sa fosse intraclaviculaire. Cette impulsion l’expulse à quelques mètres de moi. Surpris de ma réaction, il décroche avec moi pour se tourner vers une autre de mes sœurs. La voyant figée, faisant mine de l’ignorer, il insiste auprès d’elle. Elle se tient les bras croisés et je reste tout près craignant un débordement de situation. J’interviens à nouveau pour lui demander de s’en aller en donnant le signal au reste de l’équipe pour déguerpir. C’est comme cela que nous avons mis un terme à cette situation.

Pendant et après coup, j’ai gardé à l’esprit les techniques et la théorie que j’ai acquis suite à quelques heures de cours d’Amazon Training, que j’ai suivie avec Cédric Vilella.

J’ai pu expérimenter et constater l’efficacité et la simplicité des techniques de self défense destinées aux femmes et enseignées au sein de l’Académie des Arts de Combat.

Je peux dire que ces techniques sont opérationnelles et mettable en pratiques très rapidement, puisque j’avais alors participé à seulement quatre leçons.

Ainsi, je recommande fortement, l’apprentissage de cette méthode très utile, et qui tient compte de l’aspect psychologique, contextuel, relationnel et physique en matière de défense personnel, et qui reste accessible à toutes.

Siham J.

Découvrir le Boxing Self Defense Geneva